Accroche-décroche, vite souris accroche-toi!

Un chat poursuit une souris alors que les autres joueurs sont disposés en rond, accrochés par le coude, par groupes de deux. Dès que la souris s’accroche à un bras libre, l’autre joueur de la paire devient la nouvelle souris…
Média secondaire

Le chat et la souris se déplacent comme bon leur semble sur l’aire de jeu, et les joueurs de chaque paire attendent que la souris s’accroche au bras libre de l’un d’entre eux. Si le chat réussit à toucher la souris, ces deux joueurs intervertissent leur rôle, et le jeu continue.

Structure : Dépourvu d’équipes ou de coalitions constituées, ce jeu a une structure de « chacun pour soi ». Cependant, il peut susciter des situations d’ambivalence, c’est-à-dire des situations au cours desquelles un joueur peut être en même temps en relation d’opposition et de coopération avec le même participant. Quand la souris s’accroche à un joueur en attente, elle fait plaisir au décrocheur qui devient alors le centre de l’action ; mais elle peut aussi, de façon machiavélique, choisir un itinéraire de course et d’accrochage qui jette le décrocheur dans les bras du chat. Agissant aussi apparemment en faveur du décrocheur, la souris le condamne en réalité à être la victime du chat. C’est dans ce sens que ce jeu possède une dimension « paradoxale ».

Cemea
Le jeu commence

Accrochés deux par deux par le coude, les joueurs forment des paires attentives mais immobiles, disposées en rond, séparées d’environ 2 à 3 mètres les unes des autres. Les joueurs en attente doivent veiller à mettre leur main libre sur la hanche, en dessinant un arrondi bien marqué comme une anse, afin de faciliter un éventuel accrochage. Une souris et un chat sont désignés au sein du groupe, et le jeu commence.


Le jeu se déroule

Poursuivie par le chat, la souris se déplace autour du rond ou en « coupant le fromage » quand elle le juge bon ; dès qu’elle le souhaite, elle s’accroche au bras d’un joueur en attente. Le second joueur de la paire accrochée devient sur le champ la nouvelle souris et doit immédiatement démarrer car il est désormais la cible du chat. Si la souris est touchée par le chat, elle se transforme alors en chat, et le chat qui l’a touchée devient souris. Ni la souris, ni le chat n’ont le droit de passer entre les joueurs d'une paire en attente. Si la souris touche un joueur en attente, elle est alors obligée de s’y accrocher.


 

Cemea
Le jeu s’achève

Ce jeu n’a pas de fin formelle. Il s’arrête quand les joueurs le décident. C’est un jeu dépourvu de score qui ne désigne ni vainqueur, ni vaincu. Chacun a pu échouer mais aussi réussir à tour de rôle, ce qui dédramatise l’échec et invite le participant à se livrer pleinement aux péripéties relationnelles, parfois inopinées, de ce jeu.


Remarques pédagogiques

Chaque joueur a l’occasion d’endosser les rôles de chat et de souris, et de les interpréter à son gré selon les traits de sa personnalité : accrochage rapide ou différé, crochets de course et fuites, provocations.

La variante ci-dessous est particulièrement intéressante car elle provoque le renversement des rôles convenus et oblige à s’adapter à des situations d’interaction qui sont à l’opposé des précédentes. Il faut faire preuve d’adaptabilité : une petite transformation des règles bouleverse les conduites motrices des joueurs.

L’aspect teinté d’humour des nouvelles réactions motrices est un élément non négligeable, fortement ressenti par les participants, de la dynamique du groupe. Ce jeu est très propice à une participation en mixité des garçons et des filles.


Autre manière de jouer

Il est plaisant pour les joueurs de s’adonner à la variante ci-dessous, après avoir joué un bon quart d’heure à la version de base précédente. La nouvelle règle est simple : quand la souris s’accroche à un joueur d’une paire en attente, le joueur qui décroche devient le chat (et non plus la souris), et le chat devient la souris (au lieu de rester le chat). Ce simple changement de règle entraîne des situations cocasses car certains participants ont tendance à garder les automatismes de rôle de la version précédente, ce qui déclenche des comportements à contre-emploi à fort effet comique

Usages et coutumes

Ce jeu, souvent considéré aujourd’hui comme un « petit jeu » réservé aux tout jeunes enfants est en fait une « pratique sociale » qui a enchanté des générations d’adultes au cours des siècles passés. Sous le nom de « jeu des fagots » ou de « jeu des petits paquets », il a fait les beaux jours de la vie de cour dans les châteaux de l’aristocratie du Moyen Âge et de la Renaissance. L’idéologie actuelle selon laquelle les jeux traditionnels ne seraient que des jeux inférieurs et puérils apparaît bien dérisoire !

Le livret pédagogique jeux du monde d'ici et d'ailleurs

Les manières d’assurer l’animation des jeux nécessitent de prendre en compte les caractéristiques des pratiquants (âge, niveau, motivations…), les conditions matérielles et les données globales du contexte. L’animateur devra ajuster son intervention à cet ensemble de particularités propres à chacune des situations qui se présentera.
Lire
Media Icons
PDF