Football : le jeu et ses variantes

Des variantes et des idées de règles du jeu pour que filles et garçons prennent plaisir à jouer au football ensemble.
7 personnes ont aimé cette fiche
Média secondaire

Démarche : le but de cette démarche autour du foot est d'apporter des variantes et nouvelles propositions qui permettront de passer du sport "football" à une pratique du football de loisirs plus inclusive et plus accessible à tout le monde.

La règle classique : deux équipes s'affrontent, le ballon circule uniquement par le pied ou la jambe. Chaque équipe dispose d'un·e gardien·ne de but qui peut arrêter le ballon avec ses jambes, pieds, mains et bras. L'équipe qui marque le plus de but gagne.

Toutes les précisions sur les règles classiques du football

Caractéristiques

Terrain : à adapter en fonction de la taille du groupe, le jeu peut se réaliser aussi bien dans un gymnase que sur un terrain extérieur (cours, parc). Terrain plat.

Matériel : grands et petits plots, 3 ballons

Structure : deux équipes adverses composées d'un nombre égal de joueurs et joueuses

Nombre de joueurs et joueuses : entre 10 et 30 personnes

Age : à partir de 7 ans

Constitution des équipes 

À adapter en fonction du groupe. L'animateur ou l'animatrice observe une partie et en fonction peut revoir la constitution des équipes pour rééquilibrer le jeu. Il convient de discuter avec les enfants ou les jeunes : quelles observations ? Quels ressentis ? Pourquoi ? ...

• Aléatoires : l'animateur ou l'animatrice du jeu désigne les joueurs et joueuses en leur donnant le numéro 1 ou 2 pour constituer deux équipes. 

• Laisser-faire : les équipes se constituent de manière autonome par le groupe. 

• Sélectives : comme la technique du chou-fleur. Selon que les personnes soit désignées comme chou ou fleur, elle vont dans une équipe ou dans l'autre.

Les variantes du football

Ces variantes permettent de garder le plaisir collectif, d'être plus inclusif, moins compétitif et de développer une diversité de situations sociomotrices.

  • Le jeu de base : Très proche de la pratique sportive, il se joue en autoarbitrage. La partie se déroule sans la règle du hors-jeu. La dimension du terrain varie en fonction du lieu où se déroule la partie (cour d'école, parc, etc.). De même pour la taille de l'équipe : elle varie en fonction de l'effectif du groupe.
  • Le buteur ou la buteuse change d'équipe : Reprendre les règles de bases et ajouter la règle suivante : dès qu'un but est marqué, la buteuse ou le buteur rejoint l'équipe adverse. On peut y observer à la fois le plaisir de marquer avec le sentiment contradictoire de ne pas faire perdre l'équipe que l'on va rejoindre.
  • Le foot à 2 ballons : reprendre les règles classiques du foot et ajouter un deuxième ballon. Les équipes s'auto-arbitrent pour la gestion des touches et des buts. Lorsqu'un but est marqué, la balle revient au gardien·ne qui relance la partie. Ici, les participant·es ont plus de chance de toucher le ballon. 
  • Le foot à 3 buts : le jeu se fait avec 3 équipes et 3 buts. La structure en triangle est la même que poules, renards vipères. Chaque équipe marque dans un but adverse. Les équipes s'auto-arbitrent, à elles de compter les points. Il est possible de contractualiser des alliances ou non. On entre dans un élargissement du champ des possibles : multiplication des modes de relations et de possibles stratèges.
  • Le foot-scootball : il se joue à deux équipes. Chaque joueur et joueuse a un foulard accroché derrière lui, à la hauteur de la ceinture. On peut éliminer le porteur du ballon en arrachant son foulard. Il est alors exclu de la partie jusqu'à ce qu'un but soit marqué. Le scootball se joue normalement à la main et le porteur du ballon ne peut pas se déplacer. Ici, on le joue au pied et le porteur ou la porteuse du ballon peut se déplacer. Autre différence : au scootball on marque en renversant un plot placé dans le camp adverse avec le ballon. Ici, on conserve les buts du foot, car le tir au pied est moins précis. 
  • Le foot sans ballon : c'est un jeu utilisé lors de certains entraînements professionnels. Il s'appelle « shadow » ou « milan » (créé par le Milan AC). Il se joue à deux équipes et surtout sans ballon. Le porteur, la porteuse du « ballon » est désignée en début de partie. Chaque passe annonce le nom d'un autre joueur. Les adversaires peuvent subtiliser le « ballon » à l'autre équipe par simple touche du porteur ou de la porteuse du ballon. On marque en ayant le ballon et en franchissant les limites du but adverse. Le porteur ou la porteuse lève la main afin que tout le monde puisse l'identifier.

Remarque : Pour éviter d'ajouter la règle du hors-jeu, une zone peut-être ajoutée devant les deux buts comme la zone au handball. Cette zone peut seulement être traversée par un·e attaquant·e mais la défense adverse ne peut pas y entrer.

Exemple : Akim joueur de l'équipe rouge est « porteur du ballon ». Il crie « Martine » qui est dans son équipe et semble démarquée. Martine devient alors « porteuse du ballon ». Elle commence à courir vers le but adverse, mais se fait toucher par Christiane joueuse de l'équipe noire. Christiane lève la tête et aperçoit Bob, un joueur de son équipe. Christiane crie « Bob » qui est à la limite du hors-jeu. Bob court et franchit la ligne du but des rouges. Un point pour les noirs ! 

Autres variantes

On peut aussi jouer sur la taille du terrain, la taille des buts, mêler plusieurs variantes entre elles, mais attention à la jouabilité. Bref, laisser libre cours à l'imagination et à la négociation entre les joueurs et joueuses. L'ensemble de ces variantes sont parfois utilisées en cours d'EPS, parfois au cours d'entraînement en club, parfois même pour des équipes professionnelles.