LA MÉDIATHÈQUE ÉDUC’ACTIVE DES CEMÉA

La cartobalade, une cartographie participative

Par petits groupe les participant·es flanent sur des itinéraires différents, se croisent de temps en temps et établissent une première carte du « monde connu ».
Média secondaire

Objectifs 

  • S'approprier son environnement proche 
  • S'approprier des clés de lecture de carte IGN 

     

Matériel 

  • papier, crayons, scotch, ciseaux 

Déroulement 

  • Les participants vont partir d'un point donné – le centre, l'école, le lieu de stage ... Pour une flânerie par 2 ou 3, selon la taille du groupe. Ils auront comme consigne de devoir prendre des itinéraires différents. Un temps de 45 mn est raisonnable pour une flanerie de qualité ! L'animateur veillera à ce que le nombre de groupes permettent des regroupements progressifs. Par exemple : 4 groupes de 3, puis 2 groupes de 6, puis un groupe de 12. 
  • Au retour de la flanerie, chaque petit groupe retrace sur papier blanc la carte de son itinéraire pendant une dizaine de minutes.
  • Le petit groupe va ensuite fusionner sa carte avec celle d'un autre groupe. La fusion va consister, à force de découpages et collages, à assembler les éléments de leurs cartes respectives pour en constituer une nouvelle. Ils auront pour consigne de n'écarter aucun élément ... mais pourront à tout moment en ajouter de nouveaux. 
  • On procède ainsi, par agglomérations successives, à l'élaboration de la carte « du monde connu » du groupe. 
  • Commenter collectivement la carte et le processus d'élaboration. Selon le contexte de la démarche, on pourra ainsi mettre en avant à la fois des éléments du territoire, et/ou des éléments cartographiques : la question de l'échelle, de la légende ... 
  • La carte peut se suffire à elle-même et poursuivre son usage (voir l'activité de la carte parlante), ou donner lieu à des prolongements. 

Variantes et prolongements 

  • On peut compléter la flânerie par une invitation à ramener des objets, par exemple deux objets qui me plaisent, deux que je n'aime pas. Les objets récoltés pourront démarrer une table de découvertes. 
  • On peut poursuivre par une lecture de carte IGN du territoire, et une confrontation entre notre « monde connu » et sa traduction dans une carte « officielle ». On est alors en mesure d'interpréter la carte IGN, et d'émettre des questionnements, des hypothèses sur l'organisation du territoire qu'elle nous donne à lire : est-ce que tel étang en lisière de ville est naturel ou artificiel ? Pourquoi les rues présentent à certains endroits un quadrillage rectiligne ? Combien y a-t- il d'églises ? Pourquoi ? ... Une autre balade pourra permettre de vérifier nos hypothèses.