Observer et reconnaître le milieu naturel pour le protéger

Appliquer une clef de détermination, catégoriser, classer, échanger les résultats : un engagement vers le désir de protection.
Média secondaire

Photo :  CEMÉA Pays de la Loire - Jardin partagé d'Yzeuville

Voir l’insecte qui vient se poser sur la fleur, c’est déjà prendre conscience qu’il existe, essayer de le reconnaître c’est lui donner de l’importance, appliquer une méthodologie commune c’est s’engager dans la voie de la raison. Les ateliers de sciences participatives sont aussi un bel outil l’éducation à la biodiversité.

Le Muséum national d’histoire naturelle a fondé le réseau partenarial de sciences participatives vigienature, il se développe en milieu scolaire et parfois est l’occasion d’un projet commun avec le périscolaire dans le cadre de projets éducatifs de territoire.

La science participative au jardin partagé

Partager un bout de terre c’est un bon début, ça rend tout de suite concrètes les questions de gestion collective, de partage des tâches, de projet. La culture c’est forcément un projet, au bout de compte il y a la fleur que l’on imagine, le fruit ou le légume qui va nous régaler. L’organisation dans le temps et dans les saisons vient naturellement.

C’est aussi le lieu où les enfants, les adultes, observent le vivant. Ces observations deviennent méthodiques quand le projet pédagogique prend le chemin de la science participative, là c’est l’esprit critique qui s’aiguise dans le lien avec des chercheur·es, avec d’autres apprentis scientifiques.

« Aller compter des escargots et des vers de terre, ils vont nous rire au nez, mais en fait ça leur plait vraiment »

L’engagement dans un cheminement en compagnonnage avec le monde universitaire est valorisant et sécurisant, c’est l’une des clefs du succès. VigieNature Ecole a créé une série d’observatoires de la biodiversité, on pourra même après l'école, même en vacances, au jardin partagé se lancer sur la détermination des escargots, des vers de terre, ou des insectes pollinisateurs. En été beaucoup de plantes auront fini de fleurir, les insectes vont aller sur ce qui reste, et le côté sauvage du jardin ou de ses alentours aura le beau rôle, les oiseaux eux sont toujours là. À vous de jouer !

L'observatoire "Oiseaux des Jardins"

Oiseaux des jardins est un observatoire co-fondé par le Muséum National d'Histoire Naturelle (MNHN) et la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO). Son objectif est de fournir aux scientifiques des données sur la présence et l'abondance des oiseaux. Elles leurs permettront d'étudier les effets du climat, de l'urbanisation et des pratiques agricoles sur la diversité des oiseaux communs. C'est également un excellent moyen d'apprendre à reconnaître les oiseaux et d'observer leur comportement dans les cours d’école ou dans les parcs publics. Vous trouverez ici tous les éléments nécessaires à votre participation.

Visiter
Thomas Pasquet et l’expérience d’élevage de blob qu’il a proposé depuis l’espace a popularisé le concept de sciences participatives qui a le vent en poupe.