Balle assise Un jeu phare

S’interroger sur des jeux que l’on pratique pourtant régulièrement permet de rappeler l’intérêt de jouer pour le développement moteur et les relations sociales.
Média secondaire
Cemea

Certains jeux font partie du patrimoine ludique commun. On les retrouve régulièrement en animation, mais également à l’école. La balle assise est de ceux-là. Tout le monde y a un jour joué ou fait jouer. Les règles de base en sont simples. Dans un périmètre déterminé, le joueur qui a le ballon le lance sur les autres. Ceux qui sont touchés s’asseyent. Pour se délivrer et être de nouveau debout, il faut réussir à attraper la balle. Le dernier ou la dernière à rester debout a gagné.

Un cadre évolutif

Ces différentes règles obligent les joueurs à devoir intégrer de nouvelles stratégies et à adapter leur comportement. Si je peux bloquer le ballon ou si je ne dois à aucun prix le toucher avant qu’il ne soit tombé à terre modifie complètement mes réactions. Cette évolution possible des règles peut également permettre aux adultes qui mènent le jeu de s’adapter aux besoins et aux réalités du groupe et des enfants. Si quelques joueurs ont la capacité de bloquer systématiquement le ballon, cela enlève des possibilités et de l’intérêt pour les autres enfants. Le fait d'instaurer de s’assoir quelle que soit la manière dont on est touché par la balle, redistribue les rôles et le sens du jeu. Au contraire, si les blocages de ballons sont rares, ce bonus exceptionnel permet de pimenter la partie. Un cadre de jeu évolutif Le cadre du jeu peut évoluer, en fonction des groupes et des situations, et entraîner des stratégies motrices diverses. La taille du terrain peut varier. On peut autoriser le joueur porteur de la balle à faire un nombre de pas déterminé avant de tirer ou au contraire, lui imposer de rester à la même place avant de lancer.

Cemea

Les joueurs qui sont assis peuvent avoir le droit ou non de s’étirer, voire de bondir pour pouvoir intercepter le ballon et se délivrer. Lorsqu’un joueur bloque la balle qui lui est lancée, cela peut être sans incidence, mais on peut aussi instituer une règle qui considère que même si on a bloqué le ballon, on est touché, ou à l’inverse qui impose au lanceur de s’asseoir si celui qu’il a visé a bloqué la balle. Une place et des stratégies pour tous Le jeu donne la possibilité de stratégies et de positionnements multiples, qui en fonction de la personnalité et des aptitudes physiques de chaque enfant lui permettent de trouver sa place et d’y être acteur. Que l’on soit agile pour bloquer les balles et pour tirer, ou moins physique, il est possible d’avoir une part active dans la balle assise et de surprendre l’adversaire au moment où il s’y attend le moins. Il faut se méfier à la fois de ceux qui sont debout et qui lancent le ballon, mais également de ceux qui sont assis et semblent en réserve du jeu, car dès qu’ils se retrouvent en possession de la balle, ils peuvent vous toucher. Mais le fait de se retrouver assis n’élimine pas. Cela confère une autre fonction. Lorsque l’on est dans cette situation, on peut chercher à reprendre son rôle initial dans la partie le plus vite possible, mais également profiter de ce moment pour se reposer et porter sur le jeu un regard à la fois extérieur et intérieur. On peut chercher à forcer le destin pour se délivrer, ou attendre que sa bonne étoile, qui peut être le hasard ou la volonté d’un autre joueur, amène le ballon jusqu’à vous.

Rapport à l’autre et coopération La balle assise est un jeu, sans équipe, mais qui permet de nombreuses mises en relation et alliances d’opportunité, de circonstances ou de sympathie. On peut faire des alliances, pour éviter de se toucher mutuellement et se faire des passes afin de se débarrasser de joueurs trop virulents, ou simplement parce que l’on s’entend bien. Mais la finalité du jeu incite néanmoins à renverser ces alliances pour gagner. Ce qui amène les enfants à devoir gérer des relations complexes, dans lesquelles une pensée manichéiste ne peut avoir court. On peut s’entendre et l’on peut également se trahir, mais dans le cadre défini, apaisant et sécurisant du jeu. L’évolution de l’une des règles de la balle assise, permet de mettre les enfants en situation de devoir coopérer. Pour se délivrer, il faut obligatoirement passer le ballon à un autre prisonnier assis. Ce n’est qu’après que celui-ci ait récupéré la balle, que l’on est délivré. Cela amène à un changement de stratégie et à une nécessité de collaborer avec d’autres joueurs. On doit passer le ballon au prisonnier le mieux placé pour cette récupération. Cette coopération de circonstance et de nécessité est intéressante, car elle se situe dans un jeu sans équipe.

Cemea

Les joueurs qui s’aident n’ont pas un objectif commun qui serait de faire gagner leur équipe ou d’arriver ensemble à un but final. Dans une même partie, ils peuvent se trouver à la fois dans des situations de collaboration et d’opposition. Je peux avoir la nécessité, pour me délivrer, de faire une passe et donc d’aider celui ou celle qui m’a touché et qui est responsable du fait que je sois prisonnier. De même, l’intérêt des joueurs encore debout est d’éviter que ceux qui sont assis se délivrent. Ils cherchent donc à intercepter la balle que se passent les prisonniers. Mais s’ils n’arrivent pas à bloquer cette balle et qu’elle leur échappe après qu’ils l’aient touchée, ils se retrouvent assis à côté de ceux qu’ils ont essayé d’empêcher de se délivrer. Ils sont, à ce moment-là, dans la nécessité de devoir collaborer avec eux. Cette règle obligeant les prisonnier à faire la passe à un autre joueur assis pour pouvoir se libérer rend actifs et facilite l’inclusion dans la partie de ceux qui sont moins souvent sollicités dans les jeux parce que moins adroits. Mais elle met surtout les enfants joueurs en face de situations psychosociales complexes, dans lesquelles les adversaires peuvent devenir des alliés. Une alternance des rôles qui amène à se mettre mentalement à la place de l’autre et à prendre en compte sa réalité. Le jeu installe une nécessité de collaboration. J’ai besoin des autres pour surmonter les difficultés et avancer.

La balle assise est un basique qui pourrait nous paraître banal tant il est joué. Et pourtant, ce jeu permet de multiples situations éducatives, nous démontrant une évidence, méritant d’être rappelée au quotidien : Jouer est bon pour le développement de l’enfant.