Seriously : la plateforme pour désamorcer les discours de haine en ligne

Lancé au lendemain des attentats de janvier 2015 en France, par Renaissance Numérique, expert de la “société numérique”, le projet Seriously vise à endiguer la dynamique haineuse qui prospère dans notre société et en particulier sur Internet. Il est désormais porté par les Ceméa.
Média secondaire

Seriously part du constat que pour faire face à la haine en ligne, le droit et les outils de signalements - principaux leviers d’action aujourd’hui à la disposition des internautes – ne suffisent pas. En effet, de nombreux propos haineux se situent dans une « zone grise », c’est-à-dire à la frontière de la légalité, difficilement appréhendables par ces outils. Seriously vise ainsi à équiper les citoyens avec un outil et une méthode complémentaires : la plateforme numérique www.seriously.ong.

Renaissance numérique

Une démarche collaborative inédite

Le projet Seriously est le fruit d’une démarche collaborative inédite, qui a réuni une diversité d’acteurs, aux niveaux national et international : acteurs du monde associatif de la défense des droits et de l’éducation, du monde de la recherche et des institutions, plateformes numériques. Cette démarche s’est matérialisée par des actions communes, allant des ateliers de co-conception de l’outil jusqu’à la constitution d’instances de gouvernance. 

Ils ont soutenu le projet, dans le cadre de sa conception et/ou de son développement : AFPI, AFVT, Romain Badouard, Maître de conférences en sciences de l'information et de la communication à l'Université Paris 2 Panthéon-Assas, Catherine Blaya, Professeure en sciences de l’éducation à l’Université Nice Sophia-Antipolis, CIPDR, Coexister, Conseil de l’Europe, DILCRAH, Maxime Drouet, Maître de conférences à l’Université Gustave Eiffel, e-Enfance, Facebook, Fonds pour le 11 janvier, Google, Marc Hecker, Directeur de la recherche de l’IFRI, Hoaxbuster, Léo Laugier, Doctorant à Institut Polytechnique de Paris, No Hate Speech Movement, Respect Zone, SOS Homophobie, SOS Racisme, Spintank, Twitter, Emmanuel Taïeb, Professeur en science politique à Science Po Lyon, UNESCO.


Un outil et une méthode en ligne

Le projet Seriously consiste à la fois en une plateforme numérique, www.seriously.ong, et une méthode d’accompagnement qui permettent de pacifier les échanges en ligne grâce à l’argumentation. Seriously propose ainsi de convertir les propos haineux en démarche discursive, conduisant à la désescalade des invectives et à l’éveil de l’esprit critique.

Cette méthode repose sur un outil qui offre des arguments concrets et diverses approches comportementales (raisonnée, neutre, humoristique), à travers un parcours utilisateur intuitif construit autour de trois étapes :

  1.     Des éléments factuels (données, graphiques, chiffres clés, etc.) pour cadrer la discussion ;
  2.     Des conseils d’experts sur le plan émotionnel et psychologique, pour adopter la bonne attitude afin de dépassionner le débat ;
  3.     Des ressources médias adaptées au format numérique (vidéos, images, études, etc.), pour illustrer l’argumentation.


Un projet désormais porté par les Ceméa

Après trois ans d'incubation en son sein, le think tank Renaissance Numérique a décidé de faire don de la plateforme aux Ceméa, mouvement d’éducation nouvelle et d’éducation populaire. Il s’agit désormais de porter la plateforme dans le champ de l'éducation et d’en faire un levier tangible à une éducation à la citoyenneté numérique active et à un changement des comportements en ligne, vers plus de respect réciproque et de solidarité authentique, notamment auprès des jeunes.

Les Ceméa sont très impliqués sur la question de la formation à l’usage citoyen des médias et du numérique, notamment auprès des jeunes. L’enjeu est de faire connaître très largement ce projet... et de l’intégrer à la fois dans la formation des éducateurs, animateurs, enseignants et de tout formateur ou formatrice travaillant avec des jeunes, mais aussi directement dans des ateliers et parcours d’éducation aux médias et à l’information. 

Vous retrouverez des propositions de situations d’usages sur la médiathèque en ligne des Ceméa Yakamédia, qui donnera un maximum de visibilité à la plateforme seriously.ong 

Le tutoriel

►►►

Le racisme et les discriminations, ne sont pas des phénomènes nouveaux. Même si ceux-ci sont condamnés publiquement, ils sont souvent tolérés en ligne dans un contexte plus privé. 

Aujourd’hui, nous sommes de plus en plus confronté·e·s à ce type de phénomènes sur les réseaux sociaux. Les discours de haine prennent de l’ampleur sur le net. D’après le dernier rapport de la commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH), le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie progressent en France, et internet contribue grandement à cette banalisation. 

Comme tout nouveau moyen de communication, internet comporte autant d’opportunités que de risques en matière de liberté d’expression. Un certain sentiment d’anonymat peut donner l’impression aux utilisateur·trice·s, qu’internet est un espace de communication où la liberté d’expression est totalement illimitée. Or internet n’est pas pour autant un espace de non-droit et l’incitation à la haine est tout aussi illégale qu’au sein de notre société. **

Comment réagir face à des propos discriminants, haineux, publiés sur internet, que l’on soit victime ou témoin ? Comment apaiser les dialogues en ligne ? 

Il n’est pas toujours facile de trouver les bons mots, lorsque nous sommes victime ou témoins de contenus haineux, discriminants sur le net. À l’aide de la plateforme Seriously.ong, nous allons essayer de vous donner quelques conseils, ressources, vous permettant d’agir et de pacifier les échanges en ligne grâce à l’argumentation. 

Pour chacune des catégories ci-dessous, nous vous proposons des conseils, chiffres  et ressources vous permettant de pacifier une discussion suite à la publication d’un commentaire xénophobe, raciste, antimusulman, anti LGBTQ+,… sur le net.


** Pour rappel tenir des propos haineux, discriminant envers un individu ou un groupe d’individus en raison de son orientation sexuelle, ses origines, sa religion,… est puni par la loi. Ces faits sont passibles d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende. (Article 24 alinéa 7 de la loi du 29 juillet 1881).

Anti-haine LGBT

Toute attitude négative envers les lesbiennes, gays, bisexuel.le.s ou transidentitaires.
Y aller

Antimusulman

Attitude d’hostilité systématique envers les Musulmans, les personnes perçues comme telles et/ou envers l’Islam.
Y aller

Antisémitisme

Attitude d’hostilité systématique envers les Juifs, les personnes perçues comme telles et/ou leur religion.
Y aller

Anti-racisme

Idéologie fondée sur la croyance qu’il existe une prétendue hiérarchie entre les groupes humains, les « races ».
Y aller

Anti-sexisme

Attitude discriminatoire adoptée à l'encontre du sexe opposé.
Y aller

Anti-Xénophobie

Attitude d'hostilité systématique manifestée à l’égard des étrangers et/ou des personnes perçues comme telles.
Y aller