Les grands cerfs

Ce magnifique roman de Claudie Hunzinger nous ouvre à une réflexion sur la condition animale et donc humaine, sur la place du sauvage à l’heure de la biodiversité déclinante, sur ce que peuvent les mots et la littérature.

Dans le roman de Claudie Hunzinger, la chambre des secrets est de prime abord bien plus modeste et rustique puisqu’il s’agit d’une cabane d’affût destinée à observer les animaux. L’apparition nocturne de ce cerf dans les phares de sa voiture agit comme un déclencheur et Pamina, qui ne s’y était jamais aventurée, ne tarde pas à ouvrir la porte de la cabane d’affût, prémices d’une longue initiation plusieurs saisons durant. Mais si l’affût permet de réunir les conditions nécessaires à une possible observation il ne garantit de rien, si ce n’est de faire l’expérience de la patience, de la constance, de la contemplation. La nuit, Pamina guette le murmure des herbes froissées. Le jour, elle traque empreintes et fumées. L’affût commande l’engagement, se fait ascèse, purge extatique. Il f ...

vous désirez accéder à l’intégralité de cet article :

Abonnez-vous ou identifiez-vous