Le protocole, un facilitateur d’initiatives

Les accueils collectifs de mineur.e.s fonctionnent à nouveau, mais régis par des recommandations qui peuvent paraître draconiennes. Mais il est bien de la responsabilité des équipes d’encadrement de s’en saisir pour leur donner du sens.
Téléchargement
Média secondaire

La situation sanitaire actuelle génère de nouvelles dispositions. Celles-ci pourraient amoindrir la qualité des accueils. Ce serait ne pas faire confiance au professionnalisme des équipes d’animation. Il semble important de rappeler que loin de restreindre les possibles, ce protocole peut être le déclencheur d’un toilettage des projets pédagogiques au plus près des besoins des enfants.

Cemea

Interpréter et adapter le protocole selon son projet

Certes il y a des consignes à suivre, des contraintes même qui resserrent les règles de l’organisation des ACM, pour la reprise de l’accueil des enfants. Et heureusement, car cela harmonise le cadre. Mais c’est l’interprétation que vous saurez en faire qui donnera le la. En effet, aucun texte ne peut obliger les structures qui en dépendent à agir contre le respect des besoins des enfants. L’interprétation que chaque directeur.e en fera, selon les valeurs qu’il ou elle défend, prend toute son importance. S’emparer des textes et les traduire pédagogiquement et en objectifs opérationnels c’est la tâche des équipes au travail.

Et il ne faut pas se focaliser sur les images choisies qui donnent une idée caricaturale de l’application stricte des règles, que l’on a pu découvrir un peu partout lors du dé-confinement.

Il est nécessaire néanmoins de ne pas oublier de prendre en compte le fait que les publics et les parents ont besoin d’être rassurés. La manière d’appréhender la charge mentale de la situation et de gérer le degré d’angoisse qui en découle varie selon le vécu familial et le caractère de chacun et chacune. Ce qui vrai pour l’un.e ne l’est pas forcément pour l’autre.

Réinventer sa vieille routine

La conception que nous avons de l’accueil, d’être hôteSSE de recevoir le public comme unE hôteSSE aussi doit prendre le dessus et permettre de trouver des idées pour des pratiques nouvelles qui prennent en compte les gestes de sécurité et la distanciation physique. C’est un défi nécessaire et peut-être salutaire. Il faut savoir en faire une chance suscitée d’inventer d’autres projets qui favorisent le grandir de chaque enfant. La contrainte pousse à créer et à faire preuve d’inventivité.

Reprendre la balle au bond pour réinterroger le fonctionnement, parfois victime de l’usure de l’habitude, et initier d’autres manières d’agir avec intelligence, c’est l’affaire des acteurs et actrices de l’éducation qui accueillent des publics sur les temps de loisir.

Cemea

Alors gageons que d’aucun.e.s sauront saisir cette occasion, profiter de ce coup de pouce inattendu pour se renouveler, en évaluant leur organisation, leurs pratiques à l’aune des indicateurs actuels, qui loin d’être des freins à la bonne marche éducative des accueils de loisirs seront a contrario des accélérateurs de nouveauté, les nettoyeurs de la poussière d’une routine qui ne manque pas de laisser traîner ses grains au coeur des engrenages du temps pour y gripper, l’air de rien, l’activité du projet. Et même quand tout semble aller comme sur des roulettes, Fernand Deligny dit dans son magnifique et superbe ouvrage « graine de crapule » : « lorsque tout marche bien, il est temps d’entreprendre autre chose ». C’est un adage qu’il est précieux de faire sien pour ne pas s’endormir sur des lauriers qui souvent se fanent sans prévenir. Et loin d’être le sable qui vient enrayer les rouages, ce protocole qu’à première vue on a regardé avec perplexité, qui semblait le bâton dans les roues du prototype qu’on conduisait selon des objectifs qu’on avait fixés, peut en définitive quand on en a apprivoisé les arcanes s’avérer un remarquable atout dans la manche des acteurs et actrices de l’éducation nouvelle au service d’une palette de possibles dont ce cadre sera à l’origine.

Il faut rester maître.sse de son projet envers et pour toute chose et faire d’un élément qui s’ajoute un simple ingrédient supplémentaire des projets qu’on mijote. Et comme à l’habitude il suffit de savoir accommoder avec talent la réglementation en vigueur en en traduisant les articles dans la langue des valeurs affichées et défendues, il sera loisible sans nul doute d’appréhender avec bonheur ce protocole. Et c’est la couleur idéologique donnée au projet qui le rendra unique. L’enveloppe qui le contient n’est qu’un dénominateur commun, en aucun cas elle ne donne la direction, qui reste l’apanage des acteurs et actrices de terrain.