Se maquiller

L’activité maquillage suscite beaucoup d’intérêt chez certains enfants. Mais elle n’est pas neutre, elle engage en effet la personne et touche à l’identité. Elle demande de ce fait de respecter certaines règles pour en faciliter l’accès

Image par mcardec de Pixabay


Se maquiller participe de l’évolution de l’enfant, de son grandir, même si toute expérience de maquillage n’est pas heureuse (refus, pleurs) parce qu’il s’agit d’une rencontre avec l’inconnu, un inconnu qui est soi mais qu’on découvre, qu’on n’a jamais vu comme cela. C’est en quelque sorte un écho de l’image, une modification ponctuelle du visage mais aussi pour celles et ceux qui le ch ...

vous désirez accéder à l’intégralité de cet article :

Abonnez-vous ou identifiez-vous