Des vacances apprenantes en bas de chez soi

Les vacances apprenantes incitent à réinterroger des habitudes, des pratiques. L’expérience des terrains d’aventure à Angers et St Nazaire y contribue. Elle valorise avec bonheur la part des apprentissages au cœur de vacances originales en pied d’ immeuble.

Cette initiative, ce dispositif, ce qu’on voudrait concept n’a eu de cesse de faire tension à l’interne du mouvement des Ceméa, de cristalliser les opinions. On a frôlé la crise, presque comme celle qui agite encore les militant.e sur le SNU. N’est-ce pas pourtant l’occasion de se saisir de l’opportunité pour réaffirmer des valeurs ? Il semble qu’il y ait un implicite à expliciter.

Celui d’accepter l’augure de s’accepter organisateurs. Et de passer le cap en réaffirmant la nécessité d’avoir barre sur la totalité de la formation des équipes d’animation.

Il paraît aujourd’hui nécessaire et urgent de préciser que l’action de formation se construit autour de 2 axes : la formation proprement dite ainsi que le terrain d’application pour l’expérience pratique

vous désirez accéder à l’intégralité de cet article :

Abonnez-vous ou identifiez-vous