Egalité filles-garçons: des ateliers au collège pour lutter contre les discriminations

Le collège Jean Moulin de Moreuil en Picardie a contacté les Ceméa pour travailler sur la question de l’égalité « Filles-Garçon ».
Média secondaire

Début novembre 2018, le collège Jean Moulin de Moreuil en Picardie a contacté les Ceméa pour travailler sur la question de l’égalité «Filles-Garçon». Leur volonté était de bénéficier des apports et techniques d’animation d’un acteur complémentaire de l’école.

Avec la Conseillère Principale d’Éducation, les Ceméa ont co-construit cette action de lutte contre les discriminations. Elle s’est déroulée en deux temps : un atelier en groupe classe (fin 2018), suivi d’une projection-débat (début 2019). Il a été décidé que tous les élèves de 4ème participeront (5 classes).

Deux formateurs des Ceméa ont animé 5 ateliers d’une heure chacun. La durée courte a contraint à proposer une animation très rythmée, en trois temps.

Photo langage

Pour que chacun se rende compte et entende la diversité des représentations mentales.

Des photos sont disposées au sol, chaque élève doit se positionner à côté de la photo qui, selon lui, est la plus : féminine, masculine, égalitaire, neutre… Entre chaque phase de positionnement, on échange sur les critères qui ont amené à se positionner sur telle image plutôt que sur telle autre.

Débat mouvant

Pour formuler et confronter des arguments.

la salle est divisée en 3 zones («Je suis plutôt d’accord», «J’hésite», «Je suis plutôt pas d’accord»). L’intervenant énonce une affirmation (ex : «Les filles ne doivent pas porter de jupes trop courtes»). Chaque élève se positionne dans l’une des 3 zones. Ensuite, les élèves des zones «plutôt d’accord» et «plutôt pas d’accord» échangent des arguments pour convaincre les autres élèves. Chaque élève peut changer une ou plusieurs fois de zone. Une fois les arguments «épuisés», l’intervenant peut apporter un éclairage sociologique, historique, législatif, biologique… sur la problématique abordée par l’affirmation. On recommence ensuite avec d’autres affirmations.

Échanges

Pour comprendre comment notre cerveau construit des stéréotypes et s’autoriser à s’émanciper de ces stéréotypes.

La parole est libre et les propos sont riches: on parle de la publicité, des dessins-animés, des jeux vidéo, des cultures d’avant et d’ailleurs, des relations fille-garçon…

Langag'image

Implication personnelle, zoom sur les représentations à l’oeuvre

Ouvrir le débat sur les stéréotypes

Sensibilisation à l’égalité et aux stéréotypes

Cette première séance, pour laquelle les retours positifs ont été nombreux, illustre certaines caractéristiques des interventions des Ceméa en milieu scolaire: encadrant ne faisant pas partie de l’établissement (pas de préjugé sur tel ou tel élève); thématique qui concerne directement les jeunes (au-delà de leur statut d’élèves) ; non-jugement (l’important est que chacun progresse); activités basées sur l’interaction entre les participants (avec divers degrés d’engagement permis).

La séance suivante, début 2019 a été une projection-débat à l’occasion de laquelle les élèves ont pu continué à partager, s’interroger et à construire l’adulte qu’ils veulent devenir.