Un nouveau rêve d’avenir

Il est plus que jamais d’actualité de défendre le primat des séjours de vacances, véritable creuset d’aventures simples, de péripéties inouïes sur le clinquant factice des événements festifs qui pullulent et nous aveuglent de poudre aux yeux anesthésiante.
Téléchargement
Média secondaire

Non les centres de vacances, ce n’est pas terminé. Inestimable réserve d’émerveillements, les colos ne sont pas un concept dépassé, en 2018 elles restent des lieux d’invention, d’expériences à vivre, des îles de liberté de parole et d’agir, des idées à défendre face à la dictature d’un consumérisme aux paillettes éphémères ou le flan médiatique et politique des jeux olympiques. Redonner du possible à l’enfance est un de leurs objectifs.

Les jeux olympiques, une manifestation qui occupe l’antenne deux semaines, coûte une blinde, fait du bruit des années en amont et du déficit en aval, vaste kermesse du sport spectacle et business, ogre rabelaisien engloutissant quotidien, simplicité et esprit ludique ! Événement de faible intérêt pédagogique et peu enclin à être relaté dans nos colonnes. Si ce n’est que ceux de 2024 auront lieu à Paris !

Cemea

Et si ne s’ajoutait à cette dispendieuse mascarade une surprenante initiative de certaines collectivités qui pour apporter leur quote-part à cette fête du sport d’élite et de la compétition suppriment ou diminuent pour leurs agents les aides qui permettent le départ des enfants en vacances collectives. Où se trouve l’Éducation populaire ? J’aimerais comprendre. Je crains d’avoir compris. Elle s’est évaporée . C’est dans l’air du temps, Money and Glory. Un air fétide, une atmosphère délétère. Comme si les colos étaient devenues obsolètes. Il est urgent de réagir.

Soyons positivement offensifs

Les séjours de vacances se meurent au profit des supermarchés du loisir "lucracréatif" qui poussent comme la mauvaise herbe un peu partout sur le compost public devenu terreau privé des ruines du monde des colos. Il est fréquent de trouver des structures organisatrices qui proposent seulement des stages d’activités dans lesquels la notion d’accueil est escamotée et le terme de garderie, outre qu’il est assumé, décrit trop bien ce qui est vécu. L’accent mis sur la qualité de la vie quotidienne manque cruellement.

Cemea

Il est nécessaire que toutes et tous nous resserrions les rangs, cinquante ans après mai 68, mouvements d’Éducation populaire, associations de quartier, organisateurs petits ou gros, nécessaire que se profile à l’horizon un front, une fronde qui mette en avant l’immense richesse de ces espaces méconnus que l’on croit morts pour que puissent s’épanouir à nouveau des projets à fleur d’agir et que l’irremplaçable idée de partir avec d’autres embrase le temps de loisirs.Mais ça existe encore, va-t-on rétorquer avec juste raison ! Oui, en effet. Mais comme dans le village gaulois d’Astérix, dans l’entre-soi, chez les irréductibles porteur.e.s d’utopie que nous sommes et auprès d’une poignée de copains, de copines. Le virus consumériste a été inoculé et la vague endémique de l’apogée des colos ralentie, puis endiguée.

Nous ne pouvons rester sans bouger et puisqu’il faut prouver que les centres de vacances ont encore de l’avenir, soyons offensifs mais positivement, multiplions les partenariats actifs ; les Ceméa d’Auvergne avec la ville de Clermont à Theix, ceux de Bourgogne-Franche-Comté avec les PEP 90 à Aisey-et-Richecourt le font déjà, et il y en certainement d’autres. Agitons l’univers des organismes proches de nos valeurs, bousculons les Crajep et la Jpa (qui sur le plan national ne ménage pas ses efforts) pour que s’installe un nouveau printemps prometteur.

Il est plus que temps de redresser la tête, plus que temps d’affirmer que le temps des vacances c’est celui de la fête (dixit Lucien Goetschy), plus que temps de brandir l’étendard du droit aux vacances en ordre de bataille éducative. Force est de constater que la formation ne débouche pas sur un changement, n’inverse pas la tendance.Nous sommes peu à peu grignotés par des boîtes de formation adoubées par la DRCSPP. Nos efforts sur la massification Bafa sont des vecteurs irremplaçables pour véhiculer nos idées et développer la qualité de ce qui est proposé en tant que loisirs et vacances collectifs. Dans les formations à l’animation volontaire ou professionnelle, prime celle de la personne et il nous faut nous appuyer sur l’inaltérable richesse de nos références, de nos écrits et travailler à accompagner les stagiaires dans cette découverte des fondamentaux. Les écritures visuelles (vidéo, photos) doivent nous aider à allumer la mèche. Car c’est bien de l’intérieur que les choses peuvent évoluer.

Lucien Bonnafé disait in 60 années d’utopie concrète que : « Le changement des structures, c’est l’affaire de ceux qui bossent dedans ». Il parlait des hôpitaux psychiatriques. Il avait raison. Si le maintien et le redéploiement des colos passent par une prise de conscience des élu.e.s et des responsables que nous nous devons d’initier, d’accompagner, de magnifier, Ils passent avant tout par l’action des équipes sur le terrain, leur abnégation à cuisiner du sens, à mettre en place des organisations dans lesquelles les enfants existent, sont sujet.te.s de leur phrase d’autonomie, de leur grandir éducatif

Une inestimable réserve d’émerveillements

Partir quelques jours loin de chez soi, découvrir tant de choses, rencontrer l’autre, les autres, aller au fond du parc construire des cabanes, observer les grenouilles, se lever quand on veut, faire la cuisine, dormir à la belle étoile, fabriquer des bateaux à aubes et des cerfsvolants, les lancer sur l’eau, en l’air, trouver le meilleur dosage de savon pour que les bulles soient les plus réussies ne sont pas des disciplines olympiques mais c’est autrement plus émancipateur que de rêver – et j’en ai rêvé, pas vous ? – devant des héros-héroïnes que l’on espère égaler mais resteront à jamais d’amères chimères voire l’origine de douloureuses déceptions.

Les centres de vacances offrent aux enfants une inestimable réserve d’occasions de s’émerveiller, une mine de sensations à portée de chacun.e, ils permettent de gravir un à un les échelons des multiples autonomies et quand on est autonome, ce n’est pas pour se mesurer à l’autre ou être récompensé.e.

Les jeux olympiques n’ont lieu que tous les quatre ans et n’offrent que du vent, de l’onirisme éphémère et fugace. Ils montrent la culture de la gagne et des cadeaux empoisonnés, ils n’encensent que les cadors et moquent les sans-grade ; dans ce monde, un skieur ou un nageur noir ça fait tache et ça fait rire !

La fameuse devise « L’important c’est de participer, » est une entourloupe médiatique, une citation erronée et usurpée. Les jeux, c’est aussi une machine à expulser, à nettoyer les sans-abris, à faire du propre, à ne laisser voir que le clinquant, les beaux quartiers, les beaux côtés d’une fausse réalité. Les colos, car je crois qu’il est nécessaire qu’on les nomme à nouveau comme ça, les colos réduites aujourd’hui à la portion congrue, restent pourtant un inaltérable terrain d’expérimentation, d’expériences modestes mais géniales, petit producteur d’épopées, de conquêtes et de quêtes banales, essentielles, quotidiennes et néanmoins exceptionnelles, les colos, espaces d’aventures autorisées n’ont jamais autant qu’aujourd’hui constitué un havre de possibles, une myriade d’opportunités de se réaliser, de découvrir, d’oser, de vivre une collectivité dans laquelle la compétition se voit étouffée par le plaisir d’être et de faire ensemble.

Du vintage mais new look

Quel est cet appétit de fastes, de luxe, d’étalages d’images, de devantures indécentes qui prévaut et annihile, rend caduc le geste pécuniaire qui ouvre les portes d’un ailleurs de découverte et d’aventure aux enfants ? Il eut été urbain de soutenir plutôt les départs en vacances loin d’une agit-prop factice et tape-à-l’œil. Je ne sais quelle est cette vision du loisir qui fait préférer les événements ponctuels et rentables en termes d’image aux dépens de démarches de longue haleine et qui s’adressent au plus grand nombre. Le sport d’élite, le haut niveau sont des aimants à notoriété, à publicité et l’action relative et discrète des cohortes de volontaires ou de professionnel.le.s passe au travers, se casse le nez dans l’impasse de l’anonymat ou pire de l’ignorance.

Zoomons sur la belle idée d’une internationale des colos, d’une nouvelle ère où les principes de l’Éducation nouvelle seraient mis en pratique partout dans des centres de vacances si vintage qu’ils en deviendraient new Look, où les enfants pourraient vivre des projets qu’ils auraient initiés, où ils seraient reconnu.e.s en tant que personnes autorisées, encouragées, à donner leur avis puisqu’il serait écouté et pris en compte. Nous nous devons de prendre le risque que ces possibles soient contagieux et que la pandémie s’étende au maximum de centres, d’organismes. Nous pouvons faire en sorte d’être les détonateurs d’une renaissance générale des projets éducatifs, d’un toilettage ou d’une réécriture des dits projets pour beaucoup ersätz en d’une pédagogie clonée où les objectifs sont les mêmes et les moyens mis en place rarement en adéquation.

Mettre encore davantage l’accent sur la question de la formation du sujet humain (merci encore Lucien Bonnafé) pour développer l’agir et que de nôtre il soit leur, est une nécessité et une condition sine qua non d’un futur que l’on aura voulu « avenir ». Et c’est bien ce rôle de passeurs qui est essentiel pour que l’Éducation nouvelle devienne quelque chose de banal et de contagieux, passeurs d’émancipation, passeurs de poésie, passeurs d’envies de courir à perdre haleine vers des trésors que l’on croyait inaccessibles, des conquêtes que l’on nous disait impossibles et passeurs d’un certain archaïsme dont il faut redorer le blason et qui est tout sauf réactionnaire. Et cela passe aussi par une formation des organisateurs pour remettre au goût du jour le cœur du métier d’animateur et le sens même de l’animation.

Redonner du possible à l’enfance

Qu’il est bon de penser un barrage puis de le construire sur le ruisseau qui passe derrière le centre, y faire voguer des bateaux en papier ou en écorce, grimper au sapin ou sur un feuillu parce que les branches nous y invitent pour défier le vertige et la peur de descendre, sauter de roches en roches en prenant soin d’éviter les lapiaz, dévaler les pentes des dolines en roulant jusqu’à mourir de rire, jusqu’à perdre la tête puis l’équilibre lorsqu’on se relève, bonheurs simples de l’enfance souvent perdus voire inconnus. Redonnons du possible à la saveur et aux arômes de ces jeux interdits.


Cet article est issu de la revue Les Cahiers de l'Animation Vacances - loisirs