LA MÉDIATHÈQUE ÉDUC’ACTIVE DES CEMÉA

Quelle place pour les parents ?

Combien de fois entendons-nous les professionnel·les de l’enfance se désoler de ce que les parents ne font pas ou font trop. Mais quelle place leur laisser lorsqu’ils confient leurs enfants ? Quels projets communs construisons et vivons-nous ensemble ?

Lorsqu’on devient parents, nombreuses sont les sollicitations de celles et ceux qui savent, qui prodiguent de bons conseils, ce qui provoque souvent un égarement qui ne rassure pas et qui laisse coi. Cette mansuétude est louable certes mais enferme les parents dans des dogmes auxquels ils sont étrangers qui les cantonne souvent à des positions qui correspondent à ce qu’imaginent les professionnel·les ou les oblige à s’opposer avec leurs moyens à ces conseils ou injonctions. La journée est de plus en plus fragmentée et les interlocuteurs·trices de plus en plus nombreux, aussi est-il nécessaire de réfléchir avec acuité à la place qu’on leur permet de prendre et non à celle qu’on veut leur donner.

...

Les aptitudes sociales, pourtant mises en avant dans la majorité des projets d'établissement de la petite enfance et des écoles maternelles sont bien trop souvent vite abandonnées au profit de la préparation à la lecture et l'écriture, qui correspondent à une demande sociale forte. Les enfants sont sans arrêt mis en situation de « préparer l'étape suivante ». Les acteurs éducatifs de la petite enfance, qu'ils soient en crèche ou en accueils collectifs de mineurs, intervenants dans la famille ou à l'école sont confrontés à cette demande.

Comment faire progresser l'enfant, lui donner les moyens de se trouver en réussite scolaire et accompagner les parents dans la place qu'ils cherchent, ou lorsqu'ils sont perdus. Or, lorsqu'un référent de l'enfant, autre que les parents, intervi ...

Nous devons avoir conscience de l’importance de la parole des parents, même si elle est parfois peu fréquente. Les quelques phrases qu'ils nous disent quand ils déposent leur enfant sont source d'informations sur ce qui s'est passé pendant la nuit, ou avant leur arrivée.

L'enfant étant influencé par les différents événements qui lui arrivent, il est important pour ceux qui s'en occupent d'être informés de cette histoire , et de raconter ensuite le soir aux parents les éléments importants de la journée vécue. Nous avons souvent différentes traces de ce qui est vécu - tableau, cahier, images - mais je pense qu'il faut que les choses soient nommées, dites, en présence de l'enfant. Le lien verbal et la confiance partagée résonnent entre les adultes référents.

Rec ...

vous désirez accéder à l’intégralité de cet article :

Abonnez-vous ou identifiez-vous
Allez à la page