Les folies c’est de notre âge

Ce n’est pas parce qu’on a vieilli qu’on n’a pas le droit de vivre encore des moments de folie. Prendre l’avion, vendanger, danser, se lancer dans la mode et défiler, c’est encore possible et cela fait partie de la palette d’activités qu’on peut proposer aux personnes âgées.
Téléchargement
Média secondaire

Crédit photo : Dan Morris sur Unsplash

 

Fini le temps où on cantonnait les vieux et vieilles dans des fauteuils ou sur un banc à regarder passer les bagnoles ou les gens. Fini le temps où ils passaient ce qu’il leur restait de vie à se tourner les pouces ou à attendre le prochain repas. On a compris que les personnes âgées avaient encore des beaux jours devant elles. Elles sont encore capables d’échafauder des projets, elles ont encore des désirs à réaliser, des envies de découvertes, des velléités d’entreprendre. L’animation encourage celles-ci, accompagne les résident·e·s à vivre des instants exquis auxquels il·elle·s ne croyaient plus. Les quatre courts textes qui suivent nous en content les péripéties par le menu.

 

Propos inspirés des textes publiés dans le n° 25 de la revue « entourage » (mars/avril 1998)

 

 

Trois projets modestes et géniaux (Daniel Mermet1 traîne encore un peu dans mes mots) et qui disent les beaux possibles de la vieillesse. Puissent les acteurs et actrices de l’animation auprès de personnes âgées faire fleurir une brassée de projets similaires, et en faire un bouquet d’aventures !

1Animateur et producteur de l’émission « là-bas si j’y suis », diffusée sur France inter (de septembre 1989 à juin 2014)

Vivre une véritable aventure sans quitter sa Bourgogne natale, c’est possible !

Maison de retraite Belfontaine 21121 Fontaine-les-Dijon

Les vieux et vieilles d’aujourd’hui ont, au cours de leur vie, vu évoluer à grande vitesse les moyens de transport. Il est rare qu’ils et elles aient encore l’occasion de les emprunter. Aussi lorsqu’il s’est agi de passer une journée à revivre « l’histoire des transports », l’invitation au voyage les a ravis et s’est vite transformée en aventure fabuleuse.

Les surprises ont surgi aux détours d’une balade dans des lieux autrefois familiers… - le canal, toujours aussi joli, un tour en péniche, la mémoire qui va chercher au puits d’hier l’eau belle, à la fois triste et radieuse de moments dont on n’avait plus souvenir, du moins le croyait-on. Et si on allait dans les airs en montgolfière !- Quelle folie douce, mais quel plaisir absolu ! Et un petit tour en avion, pas un long courrier, mais un bimoteur, c’est encore plus impressionnant ! Ça décoiffe.

Quel remuement essentiel, et dire que c’est à deux pas de chez nous. Cela donne envie de sortir encore, de conquérir un monde qu’on avait mis dans la poche avec un mouchoir dessus.

Un défilé de mode à Brest

Centre Saint-Exupéry 20 rue de Maissin 29200 Brest

Tina, 77 ans, en cardigan-robe en jersey jaune, passe entre les rangs des 200 spectateurs.trices présents (habitants de la résidence, famille, amis, voisins) venus admirer la présentation vivante de parures au centre Saint-Exupéry à Brest.

Chaque année, se déroulent deux défilés de mode (les collections automne/hiver et printemps/été) pour et par des personnes âgées, les grandes oubliées et même niées de la mode et des fabricants.

Les mannequins sont des résidentes qui chacune présente 5 tenues en moyenne. Un seul homme a choisi de se prêter à ce qui n’est pas un jeu, et le directeur participe à ces fashion days.

Les tenues sont prêtées par un magasin de la ville dans lequel se rendent les modèles (choix et retouches obligent). L’aisance, l’audace et la prestance surprennent. C’est une vraie fête pour le cœur et les yeux. Cette valorisation participe indubitablement de la santé des un·e·s et des autres.

L’attention portée au corps est incontestablement un facteur de bien-être.

les centenaires ne sont pas des pieds de vigne, ils ou elles en plantent

Maison de retraite Marguerite Renaudin 92330 Sceaux

Ici en juin, chaque année, les centenaires sont célébré·e·s. Dans le jardin, un nouveau pied de vigne rejoint les autres (une petite vigne est née au fil des années), qui correspond à un nouveau, une nouvelle centenaire. Des vendanges ont lieu chaque année, réalisées par les personnes résidentes, qui pressent et vinifient elles-mêmes. Une année, la production (le cru des Centenaires) a été vendue aux enchères et les bénéfices ont permis à tous et toutes les résident·e·s d’assister à un spectacle à Paris et d’aller danser dans des guinguettes. Beau projet complet, d’une évidence simple mais tellement rare, que chaque fois qu’il en existe un, on en fait tout un fromage (avec le vin, ce n’est pas mal) fort justement mais qui devrait se dérouler dans toutes les structures qui accueillent des vieux et des vieilles.

 

et puis si le corps vous en dit…

La danse des seniors, une approche corporelle particulière qui s’adapte aux publics du grand âge

C’est une forme de danse conçue spécialement pour le public des personnes âgées. Si elle tient compte à la fois d’aspects inhérents à la médecine sportive, la psychogérontologie et la gériatrie, elle constitue néanmoins une discipline à part entière. Elle est apparue au tout début des années 80 en Europe.

C’est une activité adaptée aux personnes dépendantes mais pas seulement. Elle a été conçue par des professionnel·les de la danse et s’inspire de danses folkloriques de tous pays, ancestrales et contemporaines. Cette discipline apparaît comme une réponse aux besoins des vieux et vieilles et s’est développée dans toutes les structures accueillant ce public.

Cemea

C’est une forme dansée où il n’est question ni de performance, ni de compétition, qui peut être pratiquée en fauteuil roulant. L’objectif de cette animation est de donner envie de bouger et de faire découvrir ou redécouvrir le plaisir de danser en groupe. Elle porte en elle quelque chose de la médecine sportive, contribuant à la prévention des maladies cardio-vasculaires. La circulation sanguine se trouve améliorée, la respiration facilitée et la souplesse des articulations augmentée.

La danse des seniors renforce également la musculature, les facultés de coordination et les aptitudes intellectuelles, elle sollicite mémoire et concentration et tout ceci sans l’air d’y toucher, en filigrane de l’activité à l’insu des danseurs et danseuses.

Entre autres bienfaits elle a un effet bénéfique sur le psychisme, favorise les contacts sociaux, combat l’isolement des personnes vieillissantes, procure du plaisir.

 

Crédit photo : Sandie Clarke sur Unsplash

La danse assise, danse des seniors en réadaptation fonctionnelle

La danse senior peut aussi se muer en méthode thérapeutique, en particulier pour lutter contre les dégradations causées par l ‘immobilité forcée due à une hémiplégie, la maladie de Parkinson, les prothèses articulaires, les atrophies des muscles dues à l’inactivité, aux états dépressifs, à la désespérance et au manque de motivation pour une guérison.

Elle prend alors le nom de danse assise, pour permettre aux personnes souffrant d’un handicap grave de danser elles aussi. Tous les gestes et les pas sont réalisés en position assise. Il est parfaitement possible d’effectuer 4 pas en avant ou un pas de côté lorsqu’on est assis. Ainsi on peut danser la samba en restant sur sa chaise ou dans son fauteuil. Les mouvements rythmiques étant réalisés avec les bras et les jambes.

Il existe une autre forme de danse exécutée en position assise : sur une musique, réaliser des mouvements en leur donnant du sens, une signification en accord avec la musique (gouttes de pluie avec les doigts, éclair en frappant dans ses mains…). Des choses et des objets peuvent être représentés en exécutant une gestuelle d’extension (par exemple les bras tendus se balançant pour représenter un arbre qui bouge dans le vent, ou un arc-en-ciel en décrivant un grand cercle devant le corps avec les deux bras). On peut aussi enchaîner ces mouvements pour former une phrase gestuelle, suite logique de mouvements en lien, pourquoi pas un orage).

Il s’agit d’une activité hautement ludique et qui participe de la rééducation et donc un peu aussi du soin. Les personnes qui dansent sont actives, corps et esprit. L’agir est présent qui passe par là. Elles croient à nouveau en leurs capacités physiques. La confiance en leurs possibles augmente et peu à peu leur sensation de mieux-être devient réalité tangible.

Aucune personne n’est laissée à l’écart, chacun et chacune mobilise, remobilise ce qu’il·elle a en lui·elle pour se mouvoir, danser son corps, tout ou partie selon des possibilités qu’il ou elle avait cru avoir oubliées.

Quelques beaux mobiles de gestes en réponse à une immobilité qu’on ne voudrait pas.

 

anonyme

textes repris et mis en forme par François Simon