La ville des enfants Pour une r[é]volution urbaine

Un livre de Francesco Tonucci à découvrir...Changer la gestion de la ville en prenant l'enfant comme repère d’organisation essentiel. Une utopie concrète!
Téléchargement
Média secondaire

On connaissait Francesco Tonucci, pour ses remarquables et salutaires dessins sur le système éducatif et la place de l’enfant dans la société (voir les articles parus dans le n°568 de VEN). Mais l’action pédagogique de ce pédagogue italien au service de la cause des enfants est multiple et c’est un bonheur que ses écrits concernant son engagement dans le projet de «La città dei bambini » ait enfin été traduits et publiés en France.

Cemea

La ville des enfants

Pour une [r]évolution urbaine

Francesco Tonucci

Ce projet, dont Francesco Tonucci est à l’origine, propose à des municipalités de changer leur philosophie de pensée pour la gestion de la ville, en prenant l'enfant comme repère d’organisation essentiel. Il a été lancé en 1991 à Fano et s’est ensuite propagé en Italie et à l’international.

Ce livre, La cité des enfants, pose les bases du projet et nous raconte sa mise en place avec ses réussites et ses difficultés, car c’est avant tout une « utopie concrète », qui s’appuie sur la réalité.

Dans la première partie de l’ouvrage, Francesco Tonucci analyse les maux de la ville, le mal-être qui en découle et la nécessité d’amélioration de l’autonomie et du mouvement des enfants. Si pendant des siècles l’inquiétude venait de la forêt, ce que l’on retrouve dans les contes de fée, aujourd’hui on a peur de la ville, qui a donné la priorité aux véhicules et oublié les enfants, avec entre autres pour conséquences le repli individualiste dans une maison refuge et ses écrans. Francesco Tonucci rappelle la primauté du jeu, du collectif et l’importance du jeu libre dans la construction et le développement de l’enfant.

La deuxième partie du livre est consacrée aux propositions.

«  Choisir l’enfant comme paramètre du changement signifie aussi et en priorité redonner à nos rues le rôle social de lieu public, celui de la rencontre, de la promenade et du jeu, qu’elles ont eu et doivent retrouver. »

Cemea

Ces propositions prennent en compte des lieux (comme la rue, l’hôpital, l’école…), leurs réalités et le rôle d’accompagnement des adultes.

S’appuyer sur la parole aux enfants, pour faire en sorte qu’ils puissent sortir seuls de chez eux et développer leur autonomie.

La rue, qui a actuellement une connotation péjorative, doit pouvoir redevenir un lieu pour tous, car ouvrir la ville aux enfants, c’est aussi l’ouvrir, aux personnes âgées et au handicap.

Francesco Tonucci rappelle que : « La ville des enfants n’est pas un projet pour les enfants, mais un projet pour la ville. »

La force de cet ouvrage est son ancrage dans la réalité, car ces propositions ont été mises en action et en pratique. La troisième partie du livre nous raconte les expériences vécues à Fano, «ville des enfants », qui a créé un laboratoire municipal pour l’étude, la conceptualisation et l’expérimentation de modifications dans la ville en prenant l’enfant comme référence. Il est évoqué le rôle des enfants dans la transformation de certains fonctionnement et des infrastructures, les lieux de jeux, qui réinterrogent les terrains d’aventure, la gestion du temps et du temps libre, l’autonomie des déplacements, le fonctionnement du conseil des enfants, avec l’accompagnement dans leur fonction de concepteurs. Et leur regard sur l’évolution de la ville

La ville des enfants est un livre à recommander à tous ceux et celles qui s’intéressent à l’éducation et à la place de l’enfant dans la société. Une utopie concrète qui nous projette vers l’avenir.


Vers l'Education nouvelle (n° 578, avril 2020)

Des livres

pour réfléchir sur l'éducation
Découvrir