De la pluralité des mondes et des voyages

Si l’acte de rester est une résistance , le geste de voyager permet de penser mieux et de mettre de la distance avec un ici qui peut se révéler réducteur alors que le là-bas est séducteur. C’est à chaque occasion une expérience qui sort de l’ordinaire .

Les tribulations sont des fabriques de mélanges où toutes les combinaisons sont possibles. Les plus funestes comme les plus heureuses. Le voyage a de tout Les tribulations sont des fabriques de mélanges où toutes les combinaisons sont possibles. Les plus funestes comme les plus heureuses. Le voyage a de tout temps fasciné. Baudelaire nous y invite et nous embarque ainsi que le bateau de Rimbaud. Les migrations, les expulsions, l’errance des roms qui inquiète, le monde est secoué d’exodes mais aussi d’odyssées d’agrément, tourisme expérientiel, expérimental ou existentiel. Nous sommes plongé·e·s au cœur de cette problématique actuelle dans laquelle les paradoxes foisonnent. Chacun·e voudrait voyager à sa guise mais rêverait que les autres ne puissent le faire. Il y a comme une contradict ...

« Un voyage est un tremplin à l'imaginaire qui nourrit chacun de nous, et propose non seulement l'inattendu des autres, mais aussi de soi-même » Bernard Giraudeau

...

vous désirez accéder à l’intégralité de cet article :

Abonnez-vous ou identifiez-vous
S'abonner