L'anima·teur·trice volontaire

Une des rares situations concrètes d'expérimentations réelles de prise de responsabilité pour les jeunes et les jeunes adultes, d'exercice d'un certain pouvoir sur son environnement et sa vie quotidienne
Média secondaire

Même le droit de donner son avis, déjà reconnu mais pas complètement acquis ou celui de se réunir restent difficiles à mettre en pratique dans bien des cas.

Cemea
Un engagement volontaire

Un certain nombre de critères définis dans le cadre de la formation BAFA (pour permettre aux stagiaires animateurs et animatrices une évaluation individuelle au long de leur formation) montre que l'animateur, l'animatrice qui a fait le choix d’un engagement volontaire pour s'occuper d'enfants pendant ses temps de vacances réunit de nombreuses qualités humaines.

Le respect des règles de vie

L'animateur, l'animatrice est capable de vivre en collectivité, d'en respecter les règles de vie, de les expliquer au besoin et de les faire respecter. Participer aux tâches matérielles n'est pas un problème pour lui·elle.

D'évidence, il respecte les personnes qui vont vivre avec lui, avec elle, tant leur personne physique que leur espace, leurs affaires, leur rythme, mais aussi leurs origines, leur culture et il·elle les accepte tels qu'elles sont, même si en l'occurrence vis-à-vis des autres animateurs, animatrices, il n'est pas toujours d'accord avec leurs idées. Il va à la rencontre et échange avec eux·elles.

Une formation en alternance

Il·elle va devoir prendre des responsabilités, des initiatives auxquelles il·elle doit se préparer. Il·elle est capable de travailler en équipe, c'est-à dire d'écouter les autres anim's, de prendre en compte leur avis et éventuellement de modifier son propre point de vue. Il·elle va devoir s'exprimer, savoir argumenter, négocier, aider … ce qui n'est pas inné ; mais là est bien un apport de la formation en alternance.

Cemea
Transmettre

De plus, avec les compétences qu'il·elle a acquises, ajoutées à celles qu'il·elle a déjà, il·elle cerne mieux sa place et son rôle vis-à-vis  des  enfants,  de  leurs  besoins,  dans  les moments de la vie quotidienne et des projets concrets à réaliser avec les enfants. Il·elle sait qu'il·elle aura des activités à transmettre… La liste est longue encore des exigences attendues.

Le don de soi

Mais la première de toutes ces qualités qui fait justement exception à cette position d'irresponsabilité juridique s'exprime par le don de soi, un acte bénévole.

Une marque de générosité, de désintéressement et d'ouverture qu'on a trop tendance à oublier. Vouloir se rendre utile aux autres est une belle preuve de volonté d'émancipation et de développement personnel, c'est aussi une expérience très formatrice pour le·la citoyen·ne. Surtout quand les autres, ce sont les enfants pour lesquels il faut être disponible, attentif, inventif, patient… Ça n'est pas rien.

Alors consacrer son temps pendant un mois à une action éducative jusqu'à en oublier souvent son propre temps à préserver pour soi, mérite bien plus de considération et de reconnaissance sociale de la part de notre société.

Le BAFA, c'est quoi ?