Formation journalisme scolaire

C’est à l’école que revient la difficile et complexe mission d’éducation aux médias. En 2009, à l’école, c’est le plein boum des journaux en ligne. Les paramètres sont nombreux. Pour éviter les pièges, il y a un juste équilibre à trouver entre sécurité et liberté
Téléchargement
Média secondaire

Il s’en est passé des choses en dix ans, du codage a coulé sous les ponts. Multiplication des supports, multiplication des langages et obsolescence très rapide des expressions à la mode. Tout vieillit très vite à la vitesse d’un progrès qui s’auto-cannibalise. l’éducation aux médias est désormais l’affaire de tous et toutes. D.clics numériques, les promeneurs du net et d’autres dispositifs dispensent aujourd’hui des formations qui doivent permettre aux jeunes de s’y retrouver dans cette jungle de plus en plus dense. Le rapport au réel tient du travail d’un·e e.funambule. Il y a inflation d’informations. Comment les enfants et les adolescent·s peuvent-ils trouver leur place d’auteur·rice·s dans ce vaste déversoir ? Car si la fascination des débuts est dépassée, l’impression de maîtrise de l’outil est un leurre. Et la popularité dépasse de loin la véracité de ce qui est publié. Le pari à tenter, l’objectif à soutenir sont bien de valoriser l’immense capacité de chacun·e de valoriser son désir de s’exprimer en construisant une pensée documentée propre à être socialisée, mutualisée, visible et lisible par le lectorat potentiel. La coéducation contribuera à former les générations futures comme l’école seule le faisait il y a quelques années. La montée exponentielle des besoins change la donne et n’a jamais autant menacé la crédibilité de l’actualité et les réseaux sociaux en attisent le feu. Ce texte nous alertait,ce qui se passe aujourd’hui en confirme la pertinence.

Cemea

De quelques paradoxes et contrastes

Cette communication s’inscrit dans le thème du séminaire sur l’éducation aux média par les dispositifs de production de médias par les jeunes, organisé par Euromeduc, dispositif européen d’échanges en éducation aux médias qui a eu lieu à Paris du 30 juin au 2 juillet 2008. Ce séminaire fait partie d’un cycle de trois sessions qui se termineront par un congrès européen en Italie du 21 au 24 octobre 2009, largement ouvert aux responsables  des systèmes éducatifs, aux représentants des institutions et des organisations spécialisées locales nationales et européennes, ainsi qu’aux professionnels. C’est d’abord à l’école que revient la mission d’éducation aux médias, au sein de laquelle il convient de donner aussi un sens didactique aux productions médiatiques des élèves qui la fréquentent. La question aujourd’hui posée à l’école est celle de savoir comment fournir aux élèves les moyens de produire et de publier une parole qui, si modeste soit-elle, se révèle résistante aux tests que lui impose sa divulgation au grand air de l’Internet ou de tel autre réseau…Telle est l’exigence sine qua non de la notion de journalisme scolaire vers laquelle tend le travail que nous développons. Nous interrogerons cette exigence par le truchement de quelques paradoxes et contrastes observés dans la société et dans l’institution scolaire. 

Ce sont moins les productions médiatiques dites « d’initiative jeunes » ou extra-scolaires que nous sommes amenées à observer dans notre travail que celles réalisées à l’intérieur même d’un projet scolaire, dans le cadre des activités scolaires, quel que soit l’âge des élèves.En effet, si les pratiques sociales de production de médias sont de plus en plus répandues, leurs contenus et modes de diffusion ne concernent l’école qu’en tant que contexte de référence. Si l’école se doit de regarder et d’analyser ces médias, c’est afin de répondre à la question cruciale suivante : « Qu’est-ce que les citoyens doivent aujourd’hui savoir pour utiliser ces médias et y intervenir de la manière la plus experte et la plus autorisée possible ? ». C’est en vérité la pratique du journal scolaire à la façon de Célestin Freinet dont nous regardons ici la descendance en sa diversité.

 

Pour prendre connaissance de l'ensemble de cet article, vous pouvez le télécharger par lien ci-dessus.

 


Cet article est issu de la revue Vers l’Education nouvelle