Avec de la ficelle et du papier, quatre petits riens qui font un tout

Dans les marionnettes, activité dramatique par excellence, l’important c’est de jouer ! La main et la parole en mouvement, qu’on soit devant, derrière, à la vue sur une table ou à l’abri d’un castelet. Cette forme d’expression fait de chacun•e un•e manipulateur•rice en puissance.

La marionnette est multiple, elle balade sa dégaine classe haute couture ou habillée d’oripeaux de récupération écologique et s’est installée un peu partout dans le paysage des pratiques artistiques et plus particulièrement dans celui des activités dramatiques avec une aisance déconcertante. Elle permet l’exploration des possibles, et aussi d’expérimenter librement, d’essayer, de recommencer, une fois qu’elle a été apprivoisée ou qu’elle a apprivoisé la main qui la tient, dont elle est le prolongement. Il existe de nombreux types de marionnettes, certaines naissent en quelques secondes et rentrent dans le jeu, entrent en scène instantanément. D’autres plus sophistiquées ont besoin de plus de temps pour exister mais joueront comme les autres. Car jouer est leur destin, leur carrière, leu ...

vous désirez accéder à l’intégralité de cet article :

Abonnez-vous ou identifiez-vous