Tony LAINÉ

Psychiatre, psychanalyste, citoyen engagé mais aussi homme de télévision et poète de l’âme humaine ;

 

Tony Lainé (1930-1992) a été, à partir de 1971, chef du service de psychiatrie infantile de l’hôpital Barthélemy-Durand à Étampes et de l’Institut médico-pédagogique du Pradon, à Sainte-Geneviève-des-Bois.

C’est dès les années 60 qu’il s’était impliqué dans les Ceméa de Poitiers ; il a nourri les débats du secteur Santé mentale et a été « de toutes les manifestations nationales où il était question de l’homme, de l’exclusion, de la souffrance, de la relation, de l’amour , de la vie ».

« J’ai toujours refusé de considérer la folie comme un monde à part, ce qui est la meilleure manière de n’en rien voir. Au contraire, j’ai délibérément choisi d’aider a priori ceux qui sont dits « fous » à recouvrer avec tous leurs droits, une place dans la communauté. C’est alors que s’est imposée à moi la conviction que la folie témoigne toujours d’un sens vivant et que la différence établie entre le statut social du fou et celui du « normal » est une imposture. » Extrait de l’introduction du livre Le petit Donneur d’offrandes, 1981.

 

 


Les grands pédagogues